livre bouddhiste sur le boudhisme sur la pensée



La Faute à Souchon ?

Stéphane Ternoise

Jean-Luc PETIT Editions
288 pages

ISBN : 2-9506158-8-0

19 €

Par correspondance :

Jean-Luc PETIT
BP 17
46800 Montcuq
FRANCE FRANCO DE PORT.
AUTRES destinations NOUS CONTACTER

 texte 4 eme de Couverture  
   
  Mêlant éléments autobiographiques et fiction, Stéphane Ternoise brosse le portrait non autorisé du show-biz à la française, tout en s'interrogeant sur le rôle de l'art, la philosophie, l'amour, la solitude, l'étude, la méditation.

Que vivre quand à vingt-cinq ans la vie professionnelle devient invivable ?
Une forme de retraite dans le sud, certes. Lire et écrire certes... mais le pays actif est alors surveillé par la Direction du Travail...
L'Amour? du passé... et pourtant quand aux rencontres d’Astaffort, apparaît Marjorie... elle aussi vit loin du sentimentalisme né là-bas... sur un autre chemin même, celui d'une soif de sérénité, une voie philosophico-bouddhiste... dernier voyage avant l'isolement, une longue solitude...
Amour impossible ?

Astaffort ? reflet de la variété, réussite marketing de Francis Cabrel ou chance pour les créateurs ?...
Et Alain Souchon, omniprésent, ou presque, symbole d'une époque...
Souchon / Cabrel ou Sénèque / Confucius ?
Démarche paillettes-fric ou spirituelle ?
 


 PREMIERES PAGES
   
 

1 : l’ombre de Stendhal

- Quand Stendhal raconte la vie d’un certain Henry Brulard, quand Stendhal, né Henri Beyle, livre ainsi son autobiographie, il est catégorique : « l’amour a toujours été pour moi la plus grande des affaires, ou plutôt la seule ».
Pourtant, l’oeuvre, cette sensation d’effleurer l’art majeur, cette certitude d’enfin transcender une misérable existence ; l’oeuvre relativise nos sentences. En marge de la Chartreuse de Parme, il notera : « aimes-tu mieux avoir eu trois femmes ou avoir fait ce roman ? ».

La troisième exaspération devrait être fatale (la première passant sans la moindre secousse interne, immédiatement absorbée par l’étrange alchimie neuronale observable lors de la découverte d’autrui et la suivante consommant le droit à l’erreur, joker qu’il vaut mieux accorder à toute personne prenant dans notre vie un minimum d’importance). Il faudrait savoir fuir. Ainsi quand Gwenaëlle échoue lamentablement à l’examen de première année Deug Lettres Modernes, un mal-être apparaissant alors disproportionné m’assombrit pour des semaines ; ce sera la même sensation cette nuit-là, quand David hausse les épaules, joue du sarcasme devant mes rapprochements stendhaliens, mon lyrisme d’éméché littéraire ; comme un tremblement de terre, un éboulement de terrain, un fossé irrémédiable s’est creusé à cet instant précis.
- J’comprends pas comment tu peux t’intéresser à des histoires pareilles. C’est même pas marrant, t’es lourd parfois. Tout le monde s’en fout d’un type clamsé y’a des centaines d’années...

J’aurais pu faire demi-tour et... et la pensée « ç’aurait été mieux pour tout le monde » me dérange, pour s’être imposée à mes réflexions, « comme marque d’un individu façonné par une époque où le poids de la culpabilité se doit encore d’écraser toute velléité à vivre le présent indépendamment du passé » (théorie de Marjorie).

Aux premières heures de ce 1er janvier 2000, de retour de Cahors, j’ai vraiment commencé à focaliser sur l’idée d’un grand canyon quasi infranchissable, grand canyon qui sépare ordinairement les êtres humains... et comme la direction du travail exigeait « du concret », je croyais enfin tenir la piste à creuser, le sujet... j’écris, persuadé d’ainsi débuter un essai socialement révolutionnaire, psychologiquement novateur, médiatiquement porteur, financièrement rentable...
La bouteille de Cointreau vidée, catégorique, j’assénais, en forçant monsieur Séchan (le seul matou du quartier ayant survécu à la demie saison de chasse) à ouvrir un oeil pour mieux entendre : ALAIN SOUCHON EST COUPABLE.
Le jour se levait... David ronflait... Son père offrait aux journalistes lotois « un fait divers symbolique et cruel », et j’essayais de croire en la transmission de pensées, qu’à cette seconde même Marjorie se réveillait, agitée par mon désir.
Lire et écrire. Supprimer toutes distractions pour vraiment lire et écrire. Ce fut ma bonne résolution juste avant que sonne le téléphone.



SUITE





 Pour vous procurer ce livre  
   
 

19 €

Par correspondance :

Jean-Luc PETIT
BP 17
46800 Montcuq
FRANCE FRANCO DE PORT.
AUTRES destinations NOUS CONTACTER
En vente sur http://www.ecrivain.pro écrivain et même professionnel...

Aussi en version numérique à 5 euros !

ACCUEIL hippies philosophes

PRESENTATION LIVRE 2004 lire des citations

Pour tout savoir, ou presque :

VOIR écrivain www.ternoise.net